Cela fait bien des années que j’ai rencontré Véronique; son fils et mes enfants faisaient les 400 coups ensemble dans les champs environnant la Valinière tandis que nous adultes mangions et buvions sous les pommiers. J’ai toujours été impressionnée par la créativité qu’elle mettait dans les moindres détails de sa vie: sa façon de s’habiller, les plats originaux qu’elle cuisinait et présentait avec beauté et finesse, couleur et modernité. Lors d’un voyage en Suède elle m’a épatée en prenant des photos d’un supermarché et je me suis rendue compte à quel point c’était beau !!! faut le faire!!! non mais un supermarché, quoi! C’est justement là son grand talent, sa liberté. Je vous présente ici une série de photos qui nous emmène bien loin dans un voyage imaginaire, où elle met en scène son chien Eole enchevêtré dans les magnifiques photos d’encres de Philippe Cluzeau. Prenez le temps de regarder chaque photo, car chacune est un voyage. (Et nous attendons avec impatience la suite de ses créations! ) Je vous présente :

« Eole au pays des encres »

« Une goutte d’encre, plongée dans un corps fluide, voyage jusqu’à toucher le fond. Durant son court périple, elle esquisse des formes qui s’enlacent et se déchirent. A travers l’œil de son objectif, le photographe fixe ces visions avant qu’elles disparaissent.

Un molosse à la robe bringé, aux yeux ronds, fait preuve d’un langage corporel parfois surprenant pour capter l’attention. Il est joueur et curieux de tout. L’artiste plasticienne établit avec lui un rapport qui peut ressembler à celui du metteur en scène avec son acteur. L’animal est toujours partant pour une séance photo.

Les allures de l’encre – animales, végétales, humaines, surnaturelles – sont autant d’écritures qui attisent l’imagination. Le décor est planté, l’acteur peut rentrer en scène dans cet univers insolite pour nous interpréter l’histoire d’«Éole au pays des encres »


La mise en scène et la direction artistique sont de Véronique Golhen
Le rôle du molosse est interprété par Éole

Remerciements à Philippe Cluzeau pour ses photographies d’encres

L’artiste du mois: Véronique Golhen

2 avis sur « L’artiste du mois: Véronique Golhen »

  • 26 novembre 2020 à 19:13
    Permalien

    Une grande sensibilité et de la drôlerie. J’adore ! Une exposition en vue ?

    Répondre
  • 27 novembre 2020 à 13:34
    Permalien

    Fluidité, magie,rêverie, voyage,évasion.
    Bravo aux trios

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *