Ode à ma grand’mère

Ode à ma grand’mère

Ce tout premier poste je le dédie à Selma Jönsson, que j’appelais mormor (mère de ma mère en suédois). Je le dédie également à toutes les grand’mères, et à leurs savoirs anciens qui s’en vont (ou qui reviennent?).

Mormor Elle savait faire tant de choses, et m’a transmis son goût pour la création. Ses mains étaient toujours frénétiquement occupées, jusqu’à ce que ses yeux lui fassent défaut.  Elle faisait les 7 sortes de gâteaux d’usage pour le «fika » ou café de 15h, trayait la vache, faisait le fromage, une sorte de gouda au cumin, en été les confitures et soupes de fruits, jusque là tout va bien.

Mais elle faisait également les matelas et les couettes, les draps, les torchons, les tapis, les coussins et les nappes !

Il y avait dans l’immense grenier de la ferme à Rävstad, un grand métier à tisser, d’où émanaient toutes ces merveilles. Les armoires en étaient remplies, et de temps en temps, quand elle était d’humeur généreuse, elle nous emmenait, moi ou l’une de mes soeurs, en visiter le contenu, avec en sous-entendu une promesse de cadeau. 

Selma Jönsson est décédée à l’âge de 96 ans en 1989, et sur ma table il y a encore une nappe qu’elle a tissée, et je m’obstine à garder ses torchons monogrammées SB ou SJ selon qu’elle les avait faites avant ou après son mariage. Elles sont souples et douces, tachées par des années d’usage, mais je ne peux pas m’en séparer.

 Je n’ai pas encore tissé de torchons, mais j’en découpe dans les grands draps de lin que je décore ensuite de pochoirs ou de tampons.  Puissent-ils durer aussi longtemps que les siens!

J’ai passé plusieurs étés à ses côtés et elle m’avait laissé essayer le grand métier. Plus tard j’ai tenu à apprendre pour de vrai au moins à manier le métier à tisser, mais je pense avec regret à tous ces savoirs que nous avons perdus, traire une vache, faire un matelas ou des serviettes damassées…

Et vous, quels savoirs avait votre grand’mère que vous honorez aujourd’hui? Racontez dans les commentaires!

7 réactions au sujet de « Ode à ma grand’mère »

  1. Je pense que Selma est la femme qui m’a le plus marquée. Comme toi, Cillabella. Tu es là pour continuer son oeuvre. Elle continue de vivre en toi, une source d’inspiration et de courage. Vive la vie.

  2. Chère cecilia,
    le portrait que tu fais de ta grand-mère est beau et comme toi, je regrette que beaucoup de savoirs soient oubliés… mais ce qu’il en reste est fait et bien fait.
    Ma grand-mère Agnès aimait broder et faire pousser des fleurs dans son jardin que je parcourais en rêvant; maintenant je brode un peu et couds et tisse…et je suis contente quand mon petit-fils demande à découvrir le tissage!

  3. Cecilia,
    Nous nous connaissons assez peu, cependant, j’aime beaucoup votre texte, moi hélas, je n’ai pas de souvenirs de ce type avec ma grand mère, donc pas grand chose à dire à ce sujet, mais au fond du coeur un peu de nostalgie de ne pas avoir connu cela. Aujourd’hui j’ai des petits enfants, j’espère qu’ils auront de beaux souvenirs de moi.

  4. Cilla, I have heard so much about your grandmother and am very happy to see the photos. Who would believe you could make a mattress but there she is! Hard to believe in today’s world that people did all these things and you continue to keep it going. Seems in these times we need to be coming back to this. Bravo, you are such an inspiration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *